©2018 by IRM Indigenous Refugee Movement. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Pinterest Social Icon
  • Instagram Social Icon

Letter to Parliamentarians: Canadian civil society support for the Global Compact for Safe, Orderly and Regular Migration

Soutien de la société civile canadienne pour le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières

Dec 07, 2018

The following letter was sent to all Canadian Parliamentarians from agencies listed at bottom.

Re: Canadian civil society support for the Global Compact for Safe, Orderly and Regular Migration (GCM)

Le 7 décembre 2018
Soutien de la société civile canadienne pour le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières (GCM)

Dear Parliamentarians,
In advance of the expected adoption of the Global Compact for Safe, Orderly and Regular Migration (GCM) next week in Marrakech, we, as Canadian organizations working on issues of migration, international development, and humanitarian aid, reaffirm our support for this initiative. Our organizations are enthusiastic supporters of the Global Compact for Migration. Many of us have actively participated in conversations surrounding the negotiations over the last two years to ensure this Compact represents best practices from programming on the ground. In recent weeks we have noticed with growing concern the international spread of misinformation about the Global Compact for Migration. In response, we have prepared this factsheet to ensure that
you, as Canadian Parliamentarians, have accurate information regarding this Compact and the impact of Canada’s signature next week in Marrakech. Finally, we note that the Global Compact for Migration deals solely with the issue of migration and not
that of refugees. A separate process has resulted in the Global Compact on Refugees, which is likely to be adopted later this month. Numerous organizations and individuals made a joint written submission to the House of Commons Standing Committee on Citizenship and Immigration on the Global Compact on Refugees. A delegation of our organizations would be pleased to meet with you to provide you with more information on our work on either the Global Compact for Migration or the Global Compact on
Refugees. Key Questions on the Global Compact for Safe, Orderly and Regular Migration (GCM)

1. What is the Global Compact for Safe, Orderly and Regular Migration?
The Global Compact for Safe, Orderly and Regular Migration (GCM) is a cooperative framework aiming to help states better manage risks, benefits and challenges of international migration. It is the joint work of governments who, together, designed principles that would balance the interests and needs of
migrants, countries of origin and countries of destination. Negotiated at the United Nations over the course of 2018, and after a long consultation phase in 2017 where all viewpoints, including those of
States, experts and civil society were considered, the GCM will be adopted by States December 10 and11, 2018, in Marrakech, Morocco. The GCM recognizes the shared responsibility of all states to deal with migration. It contains ten guiding principles and 23 objectives for safe, orderly and regular migration. Guiding principles include national sovereignty, the non-binding character of the document under international law, and a commitment to
universal human rights. Its objectives address many pressing concerns with regards to migration, including human smuggling and trafficking, coordination of border policies, and strengthening and
protecting the rights of women and children. It also handles the issue of people displaced for environmental reasons, an issue that our organizations are increasingly faced with in our operations in
the Global South. In essence, the GCM is a collection of best practices which states are encouraged, but not obliged, to draw on when implementing their migration policy. The GCM is based on the principle of shared responsibility between all States and takes into account not only the perspective of countries of origin and transit but also countries of destination such as Canada.
2. Will the Global Compact for Safe, Orderly, and Regular Migration result in national sovereign rights being relinquished or curtailed? No. Upholding national sovereignty is a guiding principle of the GCM. It is not a treaty and will have no legal effect on national legal systems. The Compact provides that States will manage their borders in a manner “that respects national sovereignty and obligations under international law” while “preventing
irregular migration”. It provides for enhanced cooperation to fight migrant smuggling and human trafficking and to dismantle smuggler networks. It does not create a right to migrate; the admission of
foreign nationals is and will remain the prerogative of States who are free to decide who they allow onto their territory. Signing on to the GCM will not change this.
3. What are the implications or costs of the GCM for Canada?
There are no financial costs associated with Canada’s participation in the GCM, and it is not legally
binding. It will have no impact on Canada’s immigration levels or immigration categories, and it does
not deal with refugees at all. The Compact recognizes the right of states to distinguish between regular
and irregular migration status in their national policies and legislation. In signing this Compact,
Canada will be under no obligation to make any changes to its current policies. In fact, as a result of Canada’s active participation in the negotiation process, Canadian laws and policies are already well reflected in the final draft of the GCM. The GCM does encourage states to develop ambitious national responses to migration through voluntary national implementation plans. Canada will have full control over the development of any such plans. 4. Why does the world need a Global Compact for Migration? There is significant mismatch between the scale and complexity of international migration and the existing governance frameworks for cooperation between states. Migration can be a driver of economic activity and stronger ties among nations, but it can also be a source of tension between states. People on the move, in particular women and children, are often vulnerable to human rights abuses, including trafficking. We are witnessing an increase in numbers of children migrating and numbers of unaccompanied minors. For example, in 2015-2016, there were five times as many children estimated to be migrating alone than in 2010-2011. The adoption of the GCM this December will provide clarity and momentum for international cooperation on migration. As an immigrant-receiving country, it benefits Canada to have an internationally agreed-upon framework to ensure migration is predictable, orderly and safe. The final draft of the GCM is the result of two years of serious negotiation with member states and civil society organizations, including ours.

Chères, chers Parlementaires,
En prévision de l’adoption attendue du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières (GCM) la semaine prochaine, au Maroc, nous réaffirmons notre soutien à cette initiative, nous qui sommes des organisations canadiennes travaillant sur les questions de la migration, du développement international et de l’aide humanitaire. Nos organisations soutiennent vivement ce Pacte. Ces deux dernières années, plusieurs de nos organisations ont activement participé aux discussions entourant le GCM afin de s’assurer que celui-ci favorise les meilleures pratiques en matière d’actions et de programmes sur le terrain.
Au cours des dernières semaines, nous avons constaté avec une préoccupation croissante la diffusion d’informations inexactes à propos du GCM. En réaction, nous avons jugé bon de fournir les renseignements suivants afin que vous puissiez, chères et chers parlementaires, disposer des informations pertinentes à la juste compréhension du Pacte. Ainsi, vous pourrez mesurer l’importance pour le Canada de signer ce Pacte la semaine prochaine, à Marrakech.
Nous tenons à souligner que le GCM traite exclusivement des enjeux de la migration et non de ceux des réfugiés. Un processus spécifique a conduit au Pacte mondial sur les réfugiés, lequel devrait être adopté plus tard ce mois-ci. De nombreuses organisations et individus ont présenté conjointement au Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration de la Chambre des communes un mémoire sur le Pacte mondial sur les réfugiés. Une délégation de nos organisations serait ravie de vous rencontrer afin de vous fournir davantage de renseignements sur les travaux touchant le Pacte mondial pour la migration ou le Pacte mondial sur les réfugiés.
Questions clés sur le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières (GCM)
1. En quoi consiste le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières (GCM)?
Ce Pacte est un accord négocié entre gouvernements, sous les auspices des Nations Unies, destiné à couvrir toutes les dimensions des migrations internationales. Négocié au cours de 2018 – à la suite d’une longue période de consultation menée en 2017 et incluant les opinions des États membres des Nations Unies, des experts et de la société civile –, le GCM sera finalement adopté lors d’une conférence des chefs d’État et de gouvernement les 10 et 11 décembre 2018, à Marrakech au Maroc.
Le GCM reconnaît la responsabilité partagée de tous les États en matière de migration. Il contient 10 principes directeurs et 23 objectifs pour des migrations sûres, ordonnées et régulières. Les principes directeurs englobent la souveraineté nationale, le caractère non contraignant du document au regard du droit international et la mise en oeuvre des droits de la personne. Les objectifs du GCM répondent à de nombreuses préoccupations pressantes concernant la migration, notamment le trafic et la traite de personnes, la coordination des politiques frontalières ainsi que le renforcement et la protection des droits des femmes et des enfants. Il s’intéresse également au problème des personnes déplacées pour des raisons environnementales, problème auquel nos
3
organisations sont de plus en plus confrontées dans le cadre d’interventions dans les pays du Sud. En substance, le GCM regroupe des pratiques exemplaires que les États sont encouragés à suivre – sans y être obligés – lors de la mise en oeuvre de leurs politiques de migration. Le GCM repose sur le principe de la responsabilité partagée entre tous les États et tient compte non seulement de la perspective des pays d’origine et de transit, mais aussi des pays de destination comme le Canada.
2. Le Pacte mondial entraînera-t-il l’abandon ou la réduction des droits souverains des États?
Non. Le respect de la souveraineté nationale est l’un des principes directeurs du Pacte mondial. Le GCM n'est pas un traité et n'aura donc aucune incidence juridique sur les systèmes juridiques nationaux. Il prévoit que les États géreront leurs frontières « dans le respect de la souveraineté nationale et des obligations découlant du droit international », tout en « empêchant la migration irrégulière ». Il prévoit donc une coopération renforcée pour lutter contre le trafic de migrants et la traite des êtres humains et pour démanteler les réseaux de passeurs, et ce, au bénéfice des États et des migrants. Il ne crée pas un droit de migrer; l'admission de ressortissants étrangers est la prérogative des États qui sont libres de décider qui ils autorisent sur leur territoire.
3. Quelles sont les implications du Pacte mondial pour le Canada? Le Pacte entraînera-t-il des coûts? La participation du Canada au GCM n’entraînera aucun coût financier et ne sera pas juridiquement contraignante. Le GCM n’aura aucun impact sur les niveaux d’immigration du Canada ni sur les catégories d’immigration, et il ne traitera pas de la question des réfugiés. Le GCM reconnaît aux États le droit de distinguer le statut de migration régulière et de migration irrégulière dans leurs politiques et législations nationales. En signant le GCM, le Canada n’aura aucune obligation d’apporter des modifications à ses politiques actuelles. En fait, de par sa participation active au processus de négociation, le Canada possède des lois et des politiques qui se reflètent déjà bien dans la version finale du GCM. Le GCM encourage les États à élaborer des réponses nationales ambitieuses en matière de migration par le biais de plans nationaux mis en oeuvre de façon volontaire. Le Canada aura le plein contrôle sur l'élaboration de tels plans.
4. Pourquoi le monde a-t-il besoin d’un Pacte mondial pour les migrations? Il existe un décalage important entre l’ampleur et la complexité de la migration internationale et les cadres de gouvernance existants pour la coopération entre les États. La migration peut être un moteur de l'activité économique et resserrer les liens entre les pays, mais elle peut également constituer une source de tension entre les États. Les personnes qui se déplacent, en particulier les femmes et les enfants, sont souvent vulnérables aux violations de leurs droits, notamment en ce qui concerne le trafic d’êtres humains. Nous assistons à une augmentation du nombre d’enfants migrants et du nombre de mineurs non accompagnés. Par exemple, en 2015-2016, il y a eu cinq fois plus d'enfants qui ont migré seuls qu'en 2010-2011.
L’adoption du Pacte mondial pour les migrations en décembre fournira des précisions et un élan à la coopération internationale en matière de migration. En tant que pays d'accueil, le Canada a tout à gagner à disposer d'un cadre international pour faire en sorte que les migrations soient sûres, ordonnées et régulières. Le projet final du GCM est l’aboutissement de deux années de négociations sérieuses avec les États membres et les organisations de la société civile, y compris les nôtres.